mardi 26 juillet 2011

"METTRE LE TREILLIS" (sans oublier les talonnettes !)

Dessine-moi un connard

* "METTRE LE TREILLIS" sans oublier les talonnettes ! ) Selon "son expression" con-sacrée (c’est « Le Monde »qui l’écrit), et reprise obséquieusement (rien de plus servilement banal !) par les lèches-talonnettes de service de la « La Nouvelle Pravda/Le Figaro »)
* sachant que l’hôte (de plus en plus provisoire, et c’est bien ainsi !) élyséen, a fait son service militaire (planqué) àBalard… loin, bien loin de la vie ordinaire dans les casernes. ( du panache, encore du panache, toujours du panache ! Sauf pour le planqué, bien entendu ! )

Honte aux soi-disant "socialistes" qui ont voté (à l’exception notable de quelques résistants socialistes ; mais qu’attendent-ils pour déguerpir au plus vite de se foutoir ?) la poursuite de la guerre imbécile contre la Libye ( depuis des temps immémoriaux ce furent toujours les peuples qui trinquèrent et subirent les atrocités des folies guerrières de *quelques-uns, bien trop lâches pour s’exposer eux-mêmes). (1)

* La "chair" à canons : ces diaboliques va-t-en guerre s’arrangent toujours pour envoyer à leur place (puisqu’ils désirent tant en découdre) de pauvres bougres (souvent inconscients du danger qui les menace ; c’est toujours pour le voisin, c’est bien connu), et seront tués ou mutilés pendant qu’eux (et leurs familles) se gobergeront tranquillement en faisant les jolis cœurs à l’arrière – loin, très loin du théâtre d’opérations. Pourquoi ces lâches ne sacrifieraient-ils pas leurs propres familles – leurs enfants, leurs oncles, leurs tantes, leurs cousin(ne)s, etc. – , avec leur propre sang et leur propre peau pour assouvir la haine de l’autre ?

Après cette tranche de "bravoure", les hiérarques du PS joueront à fond l’étonnement en s’offusquant des très probables conséquences (que l’on souhaite dévastatrices pour eux et leurs comparses) dans l’opinion publique, suite au vote en faveur de la poursuite de la folie meurtrière de sarkozy en Libye – que les médias d’outre-atlantique n’hésitèrent pas à qualifier de « la guerre de sarkozy », c’est tout dire !

Il y avait là – s’ils leur restait un soupçon de raison et un cœur à la place du portefeuille –, une opportunité de se démarquer de la folie meurtrière du va-t-en guerre, sarkozy.

Mais, non ! sous prétexte de realpolitik – dont tout le monde sait pertinemment qu’elle est mère de la pire inhumanité et du cynisme le plus froid – ils se fourvoient et se vautrent ostensiblement dans la fange guerrière de sarkozy.

Honte à vous ! faux socialistes et vrais opportunistes. Votre aveuglement aura un prix élevé, n’en doutez pas !

Où il est question de valeurs républicaines :

En France, ce ne sont ni le dévouement ni l’efficacité de l’armée française et de nos soldats qui est en cause, (y compris si celle-ci devait-être remplacée par une force d’action (au service du peuple et non par de vulgaires intérêts partisans comme c’est trop souvent le cas actuellement) – de préférence pacifique –, par et pour le peuple ) mais bien plus de décisions discrétionnaires du roi républicain, sarkozy, et du godillot de service (« le personnel politique »).

Je vous donne à lire le type de niaiseries dont nous abreuve l’homme politique le plus détesté sous la Ve République : « Vous êtes tombés dans une guerre où des assassins fanatiques et sans honneur cherchent à asservir par la terreur des hommes, des femmes et des enfants désarmés que vous aviez mission de protéger contre cette violence aveugle et meurtrière. »

Premièrement, "tombés", c’est vraiment beaucoup dire et totalement faux. Ne s’agit-il pas plutôt de décision politique – antérieure à l’élection de sarkozy, mais… – qu’il a promptement renforcé ?
Honneur  ? Est que l’honneur ne serait pas d’assumer ses propres décisions politiques ? Est-ce la compassion et la grandiloquence (surjouée de surcroît) – au demeurant fort déplacées, car il eut été préférable d’admettre – qu’en signe de profond et réel respect – seules l’humilité et la retenue étaient de mise ! – lorsque l’on rapatrie les corps de nos malheureux compatriotes ( sept corps sur soixante dix au total ), *morts pour des ambitions personnelles ?Est-ce cela, la conception de l’honneur ?

* Sans aucunes paroles d’excuse ni aucun regret pour les victimes civiles de l’autre camp !

Secondement, nos soldats ne meurent ni pour un idéal (de soi-disant justice, voir les nombreux scandales à répétitions qui éclaboussent la tête de l’Etat et le personnel politique français – et leurs affiliés – (voir les dernières affaires en date : « l’affaire du marchand d’arme Ziad Takieddine »« l’affaire Courbit/Bettencourt, sans oublier son "protecteur" (encore un !) et mandataire en affaires de la vieille dame, au titre d’un mandat dit de « protection future. », « l’affaire Tapie/Lagarde », etc., etc., publié (en détail) sur le site « Mediapart » – ou de liberté, quand on assiste au pillage généralisé de la France par le clan sarkozyste, ses paroles raisonnent d’un cynisme tout particulier, pour ne pas dire immonde.) ni pour la paix (les (trop) nombreuses victimes "collatérales" (d’Afrique ou d’Extrême-orient) seront apaisées d’apprendre qu’elles sont mortes pour la patrie et la paix sarkosienne), mais bien pour l’"image" d’un seul homme, au service d’une seule ambition – sa plus qu’improbable réélection. Voilà la vérité !

Les raccourcis patriotards ou à l’emporte pièce (trop souvent caricaturaux ; de toute l’évidence, ce n’est pas votre partie !) manque passablement d’"idéal républicain", et pour tout dire, sont à vomir (l’emploi (accidentel ?) de l’imparfait quant à l’auxiliaire « être » (certainement sorti de l’unique neurone de l’écrivaillon de service ?) sied parfaitement à votre (involontaire) démonstration ! : « C’était une noble mission. Vous l’avez accomplie noblement. Vous avez pris de grands risques, en partageant la vie quotidienne de ceux que vous deviez défendre parce que vous saviez que vous ne pouviez pas les défendre de loin et que vous ne pourriez pas les protéger en vous protégeant vous-même. »

Tout le monde ou presque, (sauf vous et les vôtres, bien entendu…) est à peu près d’accord pour dire que les objectifs (s’ils existent encore !) sont de plus en plus vagues, au point de se demander pourquoi (ou plutôt pour qui !?) ils doivent-ils (encore) mourir ?

Votre baratin ne trompe plus personne, assez de morts et de blessés inutiles, assez de ravages et de destructions, nous voulons la fin des hostilités et l’arrêt immédiat de cette guerre stupide, qui ne servent que vos ambitions.

Dernières minutes :

Quand le flambard à talonnettes (sans oublier l’estrade qu’il trimballe partout…, pour apparaître.) se la pète avec du vent ! (toujours en retard d’une métro… (c’est pas grave c’était le dernier !) et d’une guerre (en espérant qu’il déhotte fissa de l’Elysée).

Grosses rustines et formules incantatoires.

Les Charlatans, "Les docteurs Foirus & Cie ", sont au chevet de l’Europe et de l’euro agonisants (sans oublier l’"anesthésiste" en chef, le cher, le très cher, monsieu Trichet) ; le couple Merkel/sarkozy en tête – chacun(ne) y va de sa recette miracle, totalement contradictoire, bien évidemment… – tout ça n’est pas très rassurant pour la suite des évènements. Ils (les dirigeants du "monde") nous ont déjà fait le coup, quand ils collèrent de bonnes grosses rustines sur les béances du modèle économique moribond – l’ultralibéralisme – (après la crise dite des "Subprime Mortgage" en 2008) heureusement pour nous, quelques spécialistes (ou visionnaires ?) n’hésitèrent pas à prédire que la méthode s’apparentait à un grossier rafistolage (c’est dire s’ils croyaient à son efficience). Et dans le cas qui nous intéresse, les déclarations intempestives des "Docteurs Foirus & Cie " européens, (les mêmes dirigeants mondiaux qui gesticulèrent lors de la précédente crise, sans "les grands de ce monde"  ; mais eux, contrairement au roi républicain, n’ont pas besoin d’artifices – talonnettes et estrade – pour se pousser du col), ne peuvent qu’être atterrante !

NOTES

1) plusieurs dépêches « AFP/Le Monde », vous donneront un aperçu plus explicite, « qui à fait quoi dans cette affaire » (hormis les commentaires (forcément partisans, sinon à quoi ça rimerait-il de transposer l’"info" ?) ne vous appartient-il pas de vous faire une opinion librement ?), dont voici quelques (brefs) extraits :

du site « Mediapart » (Fillon s’exprime (très) librement), tiré d’un article de François BONNET, intitulé : « Afghanistan : récent inventaire d’un immense désastre »

« Il faut l’inconscience ou la morgue de François Fillon pour oser affirmer que les six soldats français tués en deux jours sont « morts pour la paix ». Même les Américains, dont les soldats entament leur retrait, n’osent plus le dire. Car au jour le jour, les nouvelles venant de Kaboul racontent, outre les échecs répétés de la coalition, un chaos grandissant et des morts de plus en plus nombreux. Exemples. »

les dépêches de l’agence « AFP » et « Le Monde » concernant l’entente umps :

… Quelques heures après les députés, les sénateurs ont également voté, mardi 12 juillet (2011), la prolongation de la participation française à l’opération militaire sous commandement de l’OTAN en Libye, la majorité ump et les socialistes s’étant prononcés en faveur de la poursuite des opérations.


482 députés se sont prononcés pour, 27 contre, dont les députés du groupe Gauche démocrate et républicaine (GDR) ( communistes, écologistes, Parti de gauche... ) à l’exception de deux élus écologistes, Noël Mamère et François de Rugy, qui ont approuvé la poursuite de l’engagement militaire. 311 sénateurs ( UMP et PS ) ont voté pour, tandis que 24 sénateurs, notamment les élus communistes, se sont prononcés contre. …

… Malgré les critiques qui dénoncent un enlisement de l’intervention, François Fillon a appelé à la constance et à la détermination, affirmant que la Libye ne " devait pas être l’hiver du printemps arabe ". (c’est d’un ridicule consommé !) Pour le premier ministre, cette " cause est juste " (encore plus ridicule !) et c’est pourquoi " le gouvernement et le Parlement ne tremblent pas devant leurs responsabilités ". " Je me tourne vers la majorité et l’opposition avec la certitude qu’il existe sur tous les bancs la même volonté de faire plier le régime libyen ", (à quel prix !) a-t-il déclaré. …

Et pour finir, ces deux têtes de chapitre (pas piquée des hannetons) très révélatrices des grosses ficelles (cordes) sarkozystes :

« Un climat si anxiogène qu’il sert le positionnement « protecteur », sarkozy. » « En 2012, le déficit budgétaire sarkozisco-français sera bien loin des 3 % du PIB. »

http://www.legrandsoir.info/mettre-le-treillis-sans-oublier-les-talonnettes.html
photo : http://flic.kr/p/5hJXZg

3 commentaires:

  1. Tu es vraiment à plaindre, un an après ton article c'est vraiment pathétique.

    RépondreSupprimer