dimanche 6 novembre 2011

Libye -Le nouveau business des renégats de Benghazi



La République des rats a le vent en poupe. Incapable de payer ceux qui ont fait la guerre, les révolutionnaires par procuration réclamant à corps et à cris les biens libyens gelés et accumulés par Mouammar Kadhafi pour les générations futures, elle oblige ses soldats dépareillés et de pacotille, de se faire payer… autrement. Pas en monnaie de singe, mais en espèces sonnantes et trébuchantes. Diantre, en vendant leurs …armes.

Luxe, calme et volupté ? Que nenni. « Révolution » plus terrifiante que convaincante, ces criminels connus qui passeront à travers les mailles de la justice internationale, veulent rentrer chez eux après leurs crimes mais, avec beaucoup d’argent. Ainsi, ils pillent les dépôts d’armes, les maisons, les musées, profanent les sépultures -sorte de ruée vers l’or morbide-, et volent tout ce qui peut passer entre leurs mains, pour ensuite revendre le fruit de leurs larcins qui rapportent gros à la revente.

Sur le plan des armes, en vendant des milliers de roquettes, de mines, d’obus, d’armes lourdes, de fusils d’assaut et même des torpilles, que voulez-vous ? La folie du dollar, la frénésie de la « liberté retrouvée », eux, anciens bagnards pour la plupart, à ne pas confondre avec la liberté soi disant démocratique, est trop belle. Ce sont de nouveaux esclaves. La nouvelle Libye subtilement « modernisée » est un vaste champ de trafic en tout genre. Du coup, les spoliés cristallisent désormais leur haine sur le CNT/OTAN, le libérateur autoproclamé. Quoi de plus normal ? Vive donc la liberté mais sans autorisation de soutenir la clan Kadhafi. Le nouveau concept politique appliqué exclusivement, uniquement et unilatéralement en Libye que je nomme la « démocratie d’exclusion ».

Surprise, la fameuse communauté internationale, en réalité 5 pays qui veulent diriger et façonner le monde à leur image, est inquiète. Fichtre. C’est d’autant plus risible de voir ça, puisque ce sont eux qui ont allumé le feu. Aujourd’hui, ayant perdu toute crédibilité après leur action mortifère en Libye, ce sont simplement des pompiers-pyromanes, des losers, qui se croient tout permis, pourvu que ça rapporte. Nicolas Sarkozy dans sa parodie d’interveiw avec Barack Obama dernièrement à la télévision, s’est contenté de dire sa satisfaction, puisqu’aucun soldat de l’OTAN n’avait été tué. Quid des milliers (70 000 à 100 000) de morts de civils Libyens. Un petit aveu. « C’est la faute à Voltaire » sans doute.

Mais au juste, vous posez-vous la question de savoir à qui les renégats, ces bandits de grands chemins vendent donc ces armes ? Mais à Al Qaïda (Aqmi) bien sûr. Sachant que sur le marché libyen actuellement, une Kalachnikov vaut 900 dollars soit 1.100 dinars, il faut avouer que les salauds se font des couilles en or -passez-moi l’expression-, mais que dire d’autre ? Après avoir vendu les pick-up volés, c’est au tour des armes et de l’or. La nouvelle Libye est vraiment libérée vérolée. Les Occidenta
ux ont transformé le sahel en poudrière. Demain est un autre jour…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire